Cérémonie du 12 mars 2016 en souvenir de l'assassinat de Philippe Brocard.

Témoignage de Gilles FRANÇOIS - Prêtre et Cousin de Philippe.


Depuis 30 ans, la mémoire de Philippe marque nos fins d’hiver, et je ne suis pas indifférent à cette belle lumière qui, à nouveau, nous environne ce matin. Lumière tout d’abord à la mémoire, car nous sommes des hommes libres ; c’est un choix de ne pas sombrer dans la banalisation de la haine, de la peur et de la veulerie. Lumière surtout que nous envoie Philippe.
Nous nous souvenons tous de sa générosité, de sa disponibilité et de son engagement pacifique.
Nous n’oublions ni le drame ni les circonstances d’un populisme irresponsable, ni l’erreur grave d’une amnistie qui empêcha les membres d’un commando hétéroclite d’être mis, un jour, devant leurs responsabilités. Mais surtout, nous tâchons de témoigner de cette affection qui gagne les êtres blessés quand ils font preuve mutuellement de courage et de présence.
Notre pays est profondément blessé, meurtri. Mais le désir de vivre en hommes libres et fraternels est plus fort que tout. C’est en mémoire de l’avenir que nous sommes ici.