Texte paru dans "Côté Croissy" N° 8 de mai / juin 2004.

Notre sentiment sur l'intercommunalité


Saviez-vous que la France avec ses 36000 communes compte autant de communes que le reste des pays d'Europe (avant son élargissement à 25) ?

Rien que cela explique que les communes ne peuvent rester isolées. Dès avant les lois actuelles, les communes avaient créé des communautés urbaines pour les plus importantes ou adhéraient à des syndicats intercommunaux. Ainsi, Croissy adhère à l'heure actuelle à une dizaine de syndicats sur des sujets aussi variés que le maintien à domicile, le traitement des ordures ménagères ou encore la défense de la Seine.

La loi a prévu deux modèles : la communauté de communes et la communauté d'agglomérations ; il est certain que nous devons choisir l'un de ces modèles, c'est pourquoi, nous soutenons le mouvement qui nous conduira à nous rapprocher de Chatou, Le Vésinet, Montesson, Carrières sur Seine, Houilles et Sartrouville, soit un ensemble de 163000 habitants.

Pour des raisons de place, nous ne parlerons pas ici des mécanismes de compétences et de financement de l'intercommunalité et nous nous contenterons de trois réflexions qui expliqueront notre position vis à vis du choix vers lequel Croissy s'achemine.

1 - Nous ne voyons pas de compétence spécifique liée aux berges, or les berges justifient une compétence à elles seules, leur défense et leur entretien sont prioritaires.

2 - La communauté d'agglomérations conçue pour un seuil minimum de 50000 habitants que nous dépassons largement bénéficie de compétences obligatoires plus importantes et de possibilités de financement accrues, pourquoi ne pas être plus volontariste et ne pas aller directement dans cette voie, ce n'est pas le choix qui a été fait par les sept maires qui proposent d'entrer dans l'intercommunalité par la petite porte.

3 - Enfin, les représentants des communes au conseil communautaires seront désignés par les équipes municipales en place, c'est dire que l'opposition en sera exclue et devra se contenter d'une information minimale, le conseil communautaire restera mono-couleur, les sept équipes municipales étant de la même couleur politique.

Dominique Boisdé et Olivier Vincent
Elus de Croissy Autrement