Texte paru dans "Côté Croissy" N° 34 de Septembre / Octobre 2008.

SOLIDARITE, QUAND TU NOUS TIENS !

Dominique Boisdé, Annie-CLaude Motron & Bernard Monnier Elus de Croissy Autrement

Que l'on soit sur le boulevard Hostachy, en Ile-de-France ou ailleurs en France, la morosité règne avec un leitmotiv: la vie est chère! Ce constat est bien réel pour l'alimentaire. Se nourrir convenablement devient, de plus en plus souvent, un luxe alors que c'est le bien le plus naturel attaché à la vie !
La vie est chère également pour se loger: le logement est devenu quasi inaccessible à Croissy pour les jeunes couples - et plus encore pour les jeunes célibataires. La colocation et le système D deviennent, par nécessité, monnaies courantes.
N'oublions pas les franchises sur les boîtes de médicaments - ce qui, insidieusement, introduit le financement de l'assurance maladie par les malades eux-mêmes, alors qu'il devrait être l'affaire de tous - et bien d'autres inégalités et injustices actuelles ou à venir.
C'est ainsi que trop de nos concitoyens perdent peu à peu leur dignité, ne pouvant plus assurer l'essentiel: l'alimentation, la santé et le logement.
Que faire devant tant d'injustices? D'un côté se trouvent ceux qui ont récolté les fruits du « paquet fiscal présidentiel » et de l'autre... tous les autres. Il y a autant de salariés qui gagnent plus de 1 400 € que de salariés qui en gagnent moins! Comment faire face avec 1 400 € surtout en cette période de rentrée scolaire, à Croissy ou ailleurs? Nous ne demandons pas l'application d'un Quotient Familial Municipal par dogmatisme, mais parce que seul cet outil de redistribution, utilisé à droite comme à gauche - même s'il l'est plus souvent dans les communes de gauche - permet un digne accès de chacun à tous les services publics municipaux. Cette mesure et un développement substantiel du logement social placeraient notre ville dans une vraie voie d'intégration et de partage.