Texte paru dans "Côté Croissy" N° 36 de Janvier / Février 2009.

 

En ce début d'année 2009, Croissy Autrement et ses élus vous adressent tous leurs vœux, d'autant plus sincères qu'ils sont teintés d'inquiétude. Il ne s'agit pas de vous rebattre les oreilles avec la dégradation de la situation économique et sociale qui, tous les jours, pèse durement sur les conditions de vie de nombreux citoyens. Mais, en cette période de l'année, elle participe à ce goût amer dans la bouche que laissent les retours de fête.
Nous, Croissillons, sommes pour la plupart plus favorisés que la majorité des Franciliens et des Français et bien que Croissy soit une commune " riche ", il y a parmi nous bien des Croissillons dans la difficulté. La municipalité a annoncé, dans le dernier Côté Croissy, qu'elle allait construire 144 logements sociaux au cours des 4 prochaines années. C'est bien, mais tardif et insuffisant. Croissy Autrement restera vigilant sur le type de logements qui seront construits, sur la diversification de l'offre et sur la façon dont ils seront attribués.
Il est aussi une mesure à laquelle nous tenons beaucoup et qui participerait d'une meilleure intégration de tous à Croissy, une mesure sur laquelle nos demandes réitérées depuis de nombreuses années n'ont jamais abouti : il s'agit de la mise en place du quotient familial généralisé à toutes les activités sociales, culturelles ou sportives de la commune, que ce soit la cantine scolaire, mais aussi la pratique de sports ou de musique. La réponse a toujours été la même : " le quotient familial coûterait cher à la commune ". Globalement, c'est certainement inexact. C'est beaucoup plus une question de répartition, de redistribution et d'une certaine conception de notre modèle social. C'est un choix politique. Aujourd'hui, ne pas mettre en œuvre le quotient familial généralisé reviendrait à refuser de soutenir le pouvoir d'achat des Croissillons les plus touchés par la crise économique.
De la même façon, nous évoquions, dans le précédent Côté Croissy, les difficultés qu'ont nos aînés à rester dans une ville où ils ont vécu et ont été actifs. Nous réitérons le souhait de voir se tenir, en 2009, les États généraux de la séniorité dans la Boucle de la Seine, afin de rechercher ensemble les solutions pour que chacun vive dignement sa vieillesse.
Une ville comme Croissy a les moyens de faire des choix pour permettre à tous d'avoir accès à un logement décent, à du chauffage, à des loisirs ou à la culture sans devoir demander l'assistance au CCAS. C'est alors que nous commencerons à vivre, ici aussi, autrement.
Souhaitons donc que cette année qui commence voie notre commune devenir vraiment plus solidaire !

Dominique Boisdé, Annie-Claude Motron & Bernard Monnier
Élus de Croissy Autrement