Texte paru dans la tribune libre de "Côté Croissy"
N° 55 de Mars / Avril 2012

 


Ne jouons pas avec les mots !

 

 

Lors de la campagne pour les élections municipales, nous avions choisi de nous nommer Croissy Autrement, Pour un environnement solidaire. Ces mots avaient été choisis avec soin et nous tentons, tout au long de notre mandat, de leur donner un sens.
A notre grande surprise, le maire de Croissy a, à l'occasion de ses vœux, repris Autrement comme l'un des trois A qui définissent notre ville. Par ailleurs, dans le Débat d'Orientation Budgétaire présenté en 2012 et en jouant sur les mots, son équipe fait le choix d'une nouvelle politique tarifaire qui n'a vraiment rien de solidaire ! Notre maire aurait-il rejoint nos valeurs ?
Ne rêvons pas, utiliser un mot ne veut pas dire qu'on lui donne son vrai sens ! Nous n'en voulons que deux preuves : la politique municipale en matière de logements d'une part et de facturation des services municipaux d'autre part.
Nous savons tous combien Croissy est une ville plaisante à vivre, que les logements y sont à des prix exorbitants, les terrains rares et à la portée des seuls promoteurs. Le nombre de transactions immobilières augmente cependant d'année en année (il a doublé entre 2009 et 2011) et le montant moyen de chaque transaction a augmenté de 50% en deux ans ! Ce qui veut dire que les bailleurs sociaux ne peuvent y acheter de terrain si la municipalité ne les y aide pas, par une " surcharge foncière ", sorte de subvention qui ramène le m² à un prix acceptable. Or que constatons-nous ? Au budget 2012, la municipalité a fixé le montant de cette réserve d'aide aux bailleurs sociaux à … 0 € !
En ce qui concerne la nouvelle politique tarifaire, on marche sur la tête : on s'oriente non plus vers un paiement par le contribuable mais vers un paiement des activités par l'usager, en fonction il est vrai, de ses revenus.
Ce n'est pas notre conception de la solidarité : la solidarité doit se manifester à tous les niveaux et, en premier lieu à l'échelon communal, grâce à la redistribution de l'impôt vers les personnes en difficulté. C'est pourquoi nous nous élevons contre toute révision de tarifs municipaux qui contribuent à développer cette injustice !

PS : nous vous invitons à voir, sur notre site www.croissy-autrement.org, les explications surréalistes des services fiscaux à propos du calcul de la Taxe d'Habitation, calcul qui est le fait de la politique gouvernementale de droite, et que nous avions évoqué dans le dernier Côté Croissy.

Dominique Boisdé, Annie Claude Motron & Catherine Coicadan
Élus de Croissy Autrement