Texte paru dans la tribune libre de "Côté Croissy"
N° 60 de Janvier / Février 2013


Le mot "social" n'est ni un gros mot, ni un épouvantail !

 


La réunion publique du 26 novembre organisée par la municipalité a rappelé combien le besoin de logements en région Ile de France et en particulier dans l'est des Yvelines est urgent. Il y a aujourd'hui 40 000 demandes de logement dans notre région et 70 000 nouveaux logements devront être construits dans le futur Grand Paris avant 2025. Ces logements devront rester accessibles à tous.

Croissy n'échappe ni au besoin, ni à la règle. Tous savent déjà qu'il sera très difficile de rattraper le retard accumulé depuis de nombreuses années en raison d'un POS sclérosant voté dans les années 90 : nous devrons construire un peu plus de 1500 logements à l'horizon 2025, dont un tiers
«à caractère social », pour échapper à d'énormes pénalités financières et au risque de mise sous tutelle de notre commune.

Mais le mot social fait peur et c'est là que nous devons tous évoluer et regarder la réalité de notre ville: celle de nos enfants qui ne pourront pas rester à Croissy à l'âge adulte, celle des jeunes qui aimeraient bénéficier de notre cadre de vie, celle des personnes âgées qui ne peuvent plus rester dans des logements devenus trop grands, celle des salariés qui aimeraient pouvoir se loger à proximité de leur travail, celle des couples qui se séparent et doivent rester proches pour le bien-être de
leurs enfants ... Autant de situations particulières et uniques auxquelles nous devons répondre.

Le logement est un des axes majeurs d'une politique sociale solidaire. De plus, il se combine aux autres problématiques qui se présentent souvent simultanément: la garde des jeunes enfants, le suivi scolaire
des plus grands, l'accès aux soins. Il ne s'agit pas seulement d'apporter des solutions économiques mais également de préserver la cohésion au sein de notre société.

Pour que les projets aboutissent, pour que des initiatives nouvelles voient le jour, pour ne pas tout attendre de l'Etat providence, ouvrons les yeux, ouvrons notre cœur sur ceux qui nous entourent, que nous croisons dans notre vie, dans notre ville. Vraiment!


En ce début d'année 2013, nous vous souhaitons une bonne année, faite
de solidarité et de partage.

 

Dominique Boisdé, Annie Claude Motron & Catherine Coicadan
Élus de Croissy Autrement