Texte paru dans la tribune libre de "Côté Croissy"
N° 76 de Septembre / Octobre 2015

Mieux attirer les jeunes

 

La ville de Croissy sur Seine a vu sa population doubler durant la seconde moitié du 20èm€ siècle pour dépasser à ce jour les 10 000 habitants. La population rurale et marachère du temps passé est devenue urbaine et la majorité des Croissillons travaille à Paris ou, pour les plus privilégiés, à La Défense.

Mais nous sommes loin de la dynamique des années quatre-vingt, pendant lesquelles la ville s'est développée et a accueilli une population jeune ce qui a amené la création de services, et notamment de nombreuses classes dans les écoles communales. Aujourd'hui, la population croissillonne vieillit, car les familles vec enfants sont souvent amenées à emménager dans d'autres communes où le prix du foncier est plus raisonnable: les logements à Croissy, devenus trop coûteux, accueillent difficilement des familles nombreuses. C'est pourquoi cette rentrée 2015 va voir la fermeture d'une classe dans le primaire, et on peut en
craindre une nouvelle à la rentrée 2016.

Pourtant, la population francilienne continue à augmenter et les besoins en logements sont plus grands que jamais. Croissy a, comme toutes les communes, l'obligation de construire des logements sociaux jusqu'à atteindre l'objectif légal de 25 % du parc total des habitations à l'horizon 2025.

Mais ... les logements sociaux pour jeunes actifs ou pour personnes âgées non dépendantes qui sont programmés, aussi indispensables soient-ils, ne favorisent pas l'arrivée d'enfants dans les écoles.

Mais ... nous constatons une recrudescence de division de terrains pour y construire une maison. Ceci implique que le parc d'habitat privé va croître et que la commune aura de plus en plus de mal à construire les 25 % de logements sociaux prévus par la loi, faute de quoi elle sera sanctionnée.

Mais ... faire payer les TAP qui ont été mis en place dans nos écoles, même en y appliquant un quotient familial, n'encourage pas les familles nombreuses et a fortiori les familles en difficultés à rester dans notre commune.

Mais ... laisser augmenter les tarifs des activités de loisir sans y appliquer le quotient familial risque de décourager encore un peu plus certains jeunes parents.

Est-ce cette politique qui permettra à notre commune de rajeunir et aux écoles d'accueillir les nouvelles générations?
L'avenir de Croissy dépend d'une population jeune et renouvelée. C'est pourquoi nous resterons vigilants sur tous les points évoqués ci-dessus ainsi que sur la mise en œuvre du Plan Local de l'Habitat (PLH) porté par la communauté d'agglomération: lui seul permettra à Croissy de répondre à ses obligations légales, à ses enjeux démographiques ...


Les Elus de Croissy-Autrement : Dominique Boisdé, Annie Claude Motron & Bertrand Mansard.