Texte paru dans la tribune libre de "Côté Croissy"
N° 80 de Juillet / Août 2016

Augmenter les impôts, oui, mais pour quoi faire ?

 

Nous avons voté " contre " le budget 2016 présenté par la municipalité.

Non parce que nous sommes des élus de l'opposition mais bel et bien parce que les priorités que propose la municipalité à travers ce budget, en visant un équilibre prudent, voire même conservateur, ne sont pas les bonnes.

Ce budget propose une augmentation des impôts locaux par le biais d'une réduction de l'abattement général à la base. Nous n'y serions pas opposés si cela ne reflétait le choix d'une politique sécuritaire sans autre ambition que la bonne gestion et une évolution satisfaisante de l'autofinancement. En effet, cette augmentation permettra surtout de renforcer un système de vidéo surveillance déjà très coûteux et dont l'utilité reste à prouver. Les nouvelles caméras (sans évoquer le coût de leur exploitation) vont coûter la bagatelle de 300.000 €.

Parallèlement,
" Le quotient familial est toujours inadapté car il n'aide pas suffisamment les foyers les plus modestes et les moins vulnérables. À moins que la commune de Croissy n'ait réussi à éradiquer les plus démunis ?
" Le budget du CCAS diminue pour ne plus atteindre que 100.000€ (1/3 du coût de la vidéo surveillance). Or il ne nous semble pas que la précarité recule.
" Les " produits " des services (c'est-à-dire la contribution des utilisateurs) augmentent considérablement, y compris dans le domaine de l'éducation (+103 000 € 1/3 du coût de la vidéo surveillance) à la seule fin d'améliorer le taux de recouvrement.
" L'AD'AP (Agenda d'accessibilité programmée) est étalé sur 5 années à hauteur de 96.000 € par an (1/3 du coût de la vidéo surveillance) au lieu d'en faire bénéficier les citoyens dans les meilleurs délais.

La commune de Croissy, au regard de ses capacités, pourrait être au service de tous en exprimant sa solidarité et en ayant des ambitions tout autres qu'un équilibre budgétaire qui peut s'apparenter à un repli sur soi.

On constate aujourd'hui que ce sont les actions locales notamment communales qui font progresser les solutions vers une transition énergétique pertinente, vers des modes de fonctionnement économiquement respectueux des citoyens et attentifs à l'environnement. Nulle volonté de ce type dans ce budget auquel nous ne pouvions pas adhérer.

Dominique Boisdé, Annie Claude Motron & Bertrand Mansard
Élus de Croissy Autrement, et Catherine Coicadan, Présidente de l'association Croissy Autrement