Texte à paraître dans la tribune libre de "Côté Croissy"
N° 86 de Décembre 2017 / Janvier 2018

Où en est le logement social ?

L'année 2017 qui s'achève a vu notre paysage politique totalement bouleversé. Le président de la République et le parlement sortis des urnes ont modifié nos repères ; les références qui nous semblaient immuables se sont effondrées. Le spectre politique avec son clivage " Gauche/Droite " doit être redéfini et chacun de nous doit maintenant se repositionner dans cette nouvelle perspective.
Il semble que le nouveau gouvernement confirme les objectifs de la Loi NOTRe (Nouvelle Organisation Territoriale de la République) promulguée le 7 aout 2015, dont l'objectif est de réduire les strates de l'état à l'horizon 2020. Mais la mise en place des nouvelles intercommunalités en 2016 et des métropoles en 2017 ne se fait pas sans une certaine résistance de la part de nombreuses collectivités.

Dans cette perspective, Croissy fait partie de la Communauté d'Agglomération de Saint Germain Boucle de Seine qui couvre un territoire de 20 communes, pour une population de 332.672 habitants. Or la CASGBS ne fait vraiment pas preuve d'innovation pour organiser au mieux le service des citoyens : on voit rejaillir les vieux démons d'égoïsme de " clocher ". Par exemple, le conseil communautaire a récemment rendu aux communes la gestion des bibliothèques, alors que le fonctionnement intercommunal satisfaisait tous les usagers !

Dans le domaine obligatoire et si important qu'est l'habitat, il faut reconnaître que les réflexions de notre communauté avancent avec la Loi, puisqu'elle réfléchit à la mise en place d'une Commission Intercommunale d'Attribution de logements sociaux et d'un Plan Partenarial de Gestion de la Demande de Logement social.
Cependant, à ce jour, nous ne pouvons que regretter le manque de transparence sur le parc existant de logements sociaux surtout au regard des opérations immobilières qui fleurissent sur Croissy sur Seine. En effet, sur notre agglomération, on pourrait imaginer favoriser des foyers en situation de grande précarité recherchant des logements PLAI (Prêt Locatif Aidé d'Intégration, plafonné à 20.756€ de revenu annuel pour un couple en Ile de France) plutôt que des familles à revenu confortable intégrant des logements PLS (Prêt Locatif Social, plafonné à 44.971€ de revenu annuel pour un couple en Ile de de France).
En plus d'un manque criant de logements traditionnels, nous n'offrons pas assez de structures d'accueil spécifique (foyer, hébergement d'urgence, EHPAD…), et ce n'est pas cette opacité de gestion qui nous peut nous faire espérer un logement pour tous !
Souhaitons que les égoïsmes locaux se transforment en gestes simples de solidarité afin que la précarité recule enfin en 2018.
Bonne et belle année à tous.


Dominique Boisdé, Annie Claude Motron & Bertrand Mansard Élus de Croissy Autrement, et Catherine Coicadan, Présidente de l'association Croissy Autrement