Texte paru dans "Impressions de Croissy" N° 24 de Décembre 2001 :

Une réponse à l'insécurité ...

Nous devrions vivre en pleine harmonie, dans le respect et la dignité de chacun au service de la communauté, mais force est de constater qu'au quotidien nous sommes victimes "d'agressions" plus ou moins importantes, avec des niveaux de gravité variables, mais le constat est là... la sécurité est une préoccupation de chaque instant. Certes, l'insécurité n'est pas un fait nouveau de société, générée au 20e"' siècle (cf. la sécurité urbaine au 19e"' siècle, et avant !!!), mais le monde actuel, très communicant, amplifie ce phénomène.
Conséquence, la délinquance développe sa propre escalade, favorisant un certain "caïdat" mis en exergue par médias interposés. La justice est alors engorgée, traitant presque à même niveau les simples contraventions et délits de droit commun que les crimes relevant des cours d'assises. Et l'on parle de lenteur de la justice, conséquence de cet engorgement!
Une des solutions est bien de réformer la justice, mais quand on a dit cela, que faire? Par contre une des solutions concrètes, est de mettre en œuvre au plus près du citoyen, une infrastructure décentralisée
des Tribunaux de Grande instance permettant le règlement des petits litiges. Cette struture existe, ce sont les MAISONS DE LA JUSTICE ET DU DROIT.
Mais qu'est-ce donc une Maison de la justice et du droit?
Les Maisons de la Justice et du Droit ont pour objectif d'assurer une présence de la justice de proximité, de prévenir la délinquance et de répondre de manière adaptée aux petits litiges d'ordre civil et aux infractions pénales mineures.
Une Maison de la Justice et du Droit est un élément essentiel d'une politique locale en matière de sécurité.
Elle est aussi un lieu d'accueil, d'écoute, d'orientation et d'information sur vos droits et de conseil juridique, accessible gratuitement à tous ceux qui ont besoin d'informations et de conseils pour faire face aux divers problèmes.

Ces maisons accueillent :
- Des magistrats détachés du Tribunal de Grande instance qui jugent sur place les petits délits et les litiges d'ordre civil.
- Des avocats qui donnent des conseils, des consultations juridiques dans les conflits avec les employeurs, les problèmes de famille, etc...
- Des conciliateurs de justice qui interviennent à la demande des personnes ou du juge pour résoudre des petits litiges civils (voisinage, logement, etc...).
- Des représentants d'associations d'aide aux victimes.

Les Maisons de la Justice et du Droit sont des antennes décentralisées qui fonctionnent sous la double autorité du Tribunal de Grande instance et du Procureur de la République.
Il existe actuellemnt 57 Maisons de la Justice et de la Loi, 67 sont en projet. Loin de nous d'imaginer une telle structure pour notre commune. Par contre, à l'heure ou l'intercommunalité définit son périmètre de responsabilités, n'est-il pas opportun dès maintenant de programmer l'implantation de cette antenne de justice au niveau des communes de la Boucle ? souhaitons que cette idée fasse son chemin, et que la problématique de l'insécurité trouve un début de réponse grâce aux Maisons de la Justice et du Droit.

Texte signé Dominique BOISDÉ et Olivier VINCENT