Texte paru dans "Impressions de Croissy" N° 26 de Juin 2002 :

Vote du budget pour la ville

La récente campagne pour l'élection du Président de la République ne doit pas nous faire oublier les devoirs de la vie municipale.
Un an pratiquement jour pour jour après l'élection du nouveau maire, nous avons voté le premier budget de la mandature. Il a fallu tout d'abord prendre acte d'un endettement important de la ville de l'ordre de 678 euros par habitant en augmentation sensible par rapport aux années antérieures.
L'autofinancement prévisionnel, c'est-à-dire l'excédent de nos recettes par rapport à nos dépenses, s'élèverait à près de l,2 millions d'euros par rapport à 700 000 euros l'année passée, grâce à un niveau de recettes soutenu et des dépenses contenues au même niveau que l'an dernier. Mais, ne soyons pas bercés d'illusions : un tel équilibre passe fatalement par une augmentation sensible (6, 5 %) des taux d'imposition des Croissillons.

Une approche rigoureuse de la mise en place des 35 heures a sans doute permis de ne pas augmenter sensiblement les charges de personnel, premier poste de dépenses de la commune ; nous, élus de Croissy Autrement, avons regretté que l'approche de la ville n'ait pas été plus "offensive", ce qui aurait permis la création de nouveaux services indispensables à la satisfaction de nos concitoyens.

Parmi les dépenses significatives, nous avons relevé, non sans une certaine satisfaction, un budget consacré à l'entretien des arbres plus important que les autres années, au dépens, il est vrai, des entretien de voiries.

Petite année pour les investissements avec un montant total d'un peu moins de 3 millions d'euros dont les grandes masses sont les écoles pour environ un tiers, les crèches, la voirie, le sport et la jeunesse ainsi que l'informatique.

Pas loin de 10 % du budget est consacré au réaménagement du boulevard, il s'agit d'un choix politique pour la commune sur lequel nous avons déjà émis des réserves notamment en terme de gestion des priorités. Nous aurons encore l'occasion de nous exprimer sur ce réaménagement, certes nécessaire, mais dont la charge financière pourrait s'étaler harmonieusement sur l'ensemble de la mandature.

Nous avons aussi regretté que les sommes consacrées aux Berges de Seine ne concernent que des dépenses d'urgence et que tant au niveau de ce budget annuel, qu'au niveau da programme de la mandature, l'entretien des Berges de Seine n'était pas suffisamment considéré comme l'entretien d'un patrimoine à conserver, à valoriser, à améliorer. Dommage, car actuellement les berges sont dans un triste état !

Rien dans ce budget pour le Château et son parc, qu'en est-il de la mise en place d'un centre culturel qui pourrait intégrer le complexe "Château et Parc" ?

Enfin, au moment où le nouveau Programme local de l'habitat des communes de Chatou, Croissy, Montesson et le Vésinet vient d'être adopté, pratiquement aucun budget n'est consacré au logement social alors que notre commune, ne serait-ce que pour respecter la loi, doit proposer et faciliter la réalisation de projets permettant le maintien à Croissy des jeunes couples, des personnes âgées et des familles à budget modeste.

Au-delà des équipements publics fondamentaux (écoles, crèches, sports, jeunes, etc.) que nous approuvons, ce budget reflété un certain nombre de priorités que nous ne partageons pas forcément

Gage de notre bonne foi, nous n'avons pas souhaité voter contre ce budget comme l'ont fait les représentants de l'équipe municipale précédente aussi avons-nous décidé de nous abstenir en donnant rendez-vous à l'équipe en place l'an prochain sur la base du résultat de la gestion de la municipalité.

Texte signé : Dominique BOISDÉ et Olivier VINCENT